PSEN en 4 questions à son fondateur, Alain Jauneau
Plant Science Expertise Network Le réseau de collaboration et d'entraide dans le domaine des sciences végétales
fondateur
9868
post-template-default,single,single-post,postid-9868,single-format-standard,elision-core-1.0.9,ajax_fade,page_not_loaded,qode-theme-ver-4.3,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive
Title Image

Blog

PSEN en 4 questions à son fondateur, Alain Jauneau

  |   PSEN
Quelques questions à Alain Jauneau, ingénieur de recherche et fondateur de PSEN.

 


 

 

Alain-Jauneau

PSEN, un réseau de plus ?

Alain Jauneau : PSEN n’a ni la vocation, ni la volonté et ni les moyens de se substituer aux réseaux existants. La notion de partage est commune mais les moyens mis en œuvre différents. La plateforme PSEN constitue au travers d’une base de données interrogeable un outil partagé. Cette base pourra, selon les volontés et les moyens, être élargie à d’autres champs thématiques. Cet outil, financé par le GIS IBISA est mis à la disposition de tous.

Une liste des principaux réseaux est accessible dans une page dédiée contenant un lien direct sur les sites web propres à ces réseaux. La plateforme PSEN relayera toutes les initiatives au sein et entre ces réseaux (formations, ateliers..).

 

PSEN, une plateforme technologique de plus ?

A.J. : Absolument pas, la plateforme PSEN est avant un outil de mise en contact entre utilisateurs potentiels et plateformes. Elle ne revendiquera rien sur le devenir des collaborations établies !

 

Comment intégrer la base Expert de PSEN ?

A.J. : Rien de plus simple, il suffit de s’inscrire ! Le point crucial consiste à choisir le plus judicieusement et précisément possible les mots clés thématiques et/ou scientifiques. Ces mots clés sont déterminants dans les requêtes effectuées par d’autres utilisateurs à l’aide du moteur de recherche. Cette fiche est nominative et peut être modifiée, complétée à tous moment. N’hésitez pas à consulter un responsable régional pour plus d’informations.

 

Pourquoi s’impliquer ?

A.J. : Le fait d’intégrer la plateforme PSEN ne peut que contribuer à la visibilité de chacun, à répondre à un besoin de communiquer et d’échanger fortement exprimé par la communauté scientifique en Sciences Végétales. Dans le cas particulier des plateformes, PSEN constituera un outil de veille technologique. La teneur et la fréquence des demandes sont de bons éléments permettant de se projeter en termes d’investissement et d’acquisition de compétences. C’est aussi un moyen, d’optimiser les taux d’utilisation des structures et des équipements par de nouveaux utilisateurs.

 

Alain Jauneau est directeur de TRI-Genotoul, réseau rassemblant les plateformes et plateaux d’imagerie photonique, électronique et cytométrie de la région toulousaine.